Les statues de Snowden, Assange et Manning se dressent devant l’ONU à Genève

AU5A4707_L.jpg

La place des Nations héberge,  du 14 au 18 septembre, un monument au courage d’Edward Snowden, Julian Assange et Bradley Manning, réalisée par l’artiste italien Davide Dormino.

Mis en ligne le 14 septembre à 17h04

[dropcap]L[/dropcap]es figures en bronze d’Edward Snowden, Julian Assange et Bradley Manning, debout sur des chaises, trônent sur la place des Nations. Après Berlin et Dresde, avant Paris (du 23 au 29 septembre), l’œuvre itinérante du sculpteur italien Davide Dormino — intitulée Anything to say? (quelque chose à dire) — est exposée sur la place des Nations à Genève jusqu’à vendredi 18 septembre.

«C’est un monument au courage de trois personnes qui ont dit non à la mise en place d’une surveillance globale et aux mensonges et qui ont choisi de dire la vérité», explique l’artiste. L’œuvre est un hommage à la liberté d’expression et d’information, hors de toute polémique politique.

[vsw id="141159693" source="vimeo" width="1024" height="450" autoplay="no"]

[su_video url="http://lacite.website/main/wp-content/uploads/2015/10/2015_09_14_.mov" poster="http://lacite.website/main/wp-content/uploads/2015/09/AU5A4888_L.jpg" width="1020" height="400"]

Une quatrième chaise a été volontairement laissée vide pour que chacun puisse s’exprimer aux côtés de Julian Assange (cofondateur du site WikiLeaks, confiné dans l’ambassade d’Équateur à Londres), d’Edward Snowden (informaticien américain réfugié en Russie) et de Bradley Manning (soldat condamné aux États-Unis à 35 ans de prison pour avoir livré des secrets d’État). Snowden, Assange et Manning, «traîtres» ou héros de notre temps? C’est au public de répondre en montant sur la quatrième chaise.

L’exposition en Suisse de cette œuvre tombe au moment où la loi Pour une meilleure protection des lanceurs d’alerte est discutée dans la commission compétente du Parlement fédéral, en vue de son examen aux Chambres. Le comité de soutien suisse¹ à Anything to say? milite aussi pour qu’Edward Snowden puisse obtenir l’asile politique en Suisse. Les concepteurs du projet souhaitent pour leur part que l’oeuvre demeure définitivement à Genève, après avoir fait le tour du monde.


  1. Le comité de soutien pour la manifestation de Genève est composé de l’ONG Presse Emblème Campagne (PEC), du Centre international pour la paix et les droits de l’homme (CIPADH), de Pilar Ackermann, Fabio Lo Verso, Charly Pache et du représentant d’un groupe de citoyens qui ont contribué à la réalisation du projet, Marco Benagli.

 

Nouveaux MondesLucy Isler