Un beau jour, ou était-ce une nuit à Palerme?

© Carmine Maringola/DR

© Carmine Maringola/DR

La Comédie de Genève présente jusqu’à dimanche 31 janvier Le Sorelle Macaluso, texte écrit et mis en scène par Emma Dante, audacieuse femme de théâtre palermitaine qui signe une œuvre forte, d’une poésie surréaliste, servie par des comédiennes et des comédiens sidérants.

Publié le 30 janvier 2016


Par Luisa Ballin

Il fallait oser. Mettre à l’affiche une pièce en italien et en dialecte palermitain dans la Cité de Calvin était un pari risqué. La Comédie de Genève l’a relevé et a fait salle comble hier soir en proposant une chronique familiale surprenante à la sororité attachante. Il était une fois sept sœurs, leurs parents, éternels amoureux dans leur mémoire, et un invité surprise: l’avatar de Diego Armando Maradona, le footballeur argentin qui fit les beaux jours de Naples, redevenue ville phare de l’ancien règne des deux Siciles, lorsque son équipe de football battait ses éternelles rivales du Nord.

Pour apprécier Le Sorelle Macaluso, comprendre le dialecte de Palerme est nécessaire mais pas forcément indispensable, tant la gestuelle, les fulgurances dansées et le phrasé scandé des comédiennes et des deux comédiens entrainent le spectateurs dans une sarabande qui ne laisse que quelques instants de répit pour lever les yeux vers les surtitres en français qui défilent au rythme souvent endiablé des personnages habillés de noir, qui se délestent de leurs vêtements cintrés pour laisser voir robes légères, maillots de corps et de bain et peaux nues pour évoquer un été qui fut meurtrier pour l’une des protagonistes. Les jeux de la mer étant parfois cruels.

La famille Macaluso compte sept sœurs, comme autant de fées ou de petites diablesses facétieuses lorsqu’elles se querellent, rient, rêvent ou pleurent au gré de leurs souvenirs d’enfance, d’adolescences et d’âge de déraison. Jours de fête. Jour de funérailles. Le conte des sœurs alterne moments vécus ici-bas et incursions dans l’au-delà. «Sur la lisière entre l’ici et là-bas, entre maintenant et jamais plus, entre «il est» et «il fut», les morts sont prêts à emporter la défunte. À la manière des pupi — les marionnettes siciliennes — armés d’épées et de boucliers, elles persistent à rester comme le long d’une frontière, dans un équilibre instable, prêtes à se battre encore», a écrit Emma Dante.

© Carmine Maringola / DR

© Carmine Maringola / DR

Scène dépouillée, avec pour seul décor épées et boucliers en rangée que saisiront les pupi incarnés, lors de leurs escarmouches chorégraphiées. «Je m’imagine une lumière en contre-jour, des habits foncés et un chemin. Une famille qui se déplace, qui entre et sort de l’obscurité. Je vois un père jeune qui apparaît à sa fille déjà cinquantenaire, une épouse enlacée à son mari dans une étreinte éternelle, un homme échoué même mort. Je vois les rêves restés suspendus entre ombres et solitude, et je vois les disparus qui se tiennent devant nous avec désinvolture.» Désirs accomplis de metteuse en mots et en scène. Emma Dante fait mouche.

Délire? Songe? Réalité? Empreinte de vie ou de nostalgie? «Tout ceci me fut suggéré par le récit d’un ami. Une nuit, dans le délire de la maladie, sa grand-mère appela sa fille à grands cris. La fille accourt et la mère lui demande: «En définitive, est-ce que je rêve vivante ou morte?» La fille répondit: «Vivante! Tu es vivante, maman!» Et la mère répondit moqueuse: «See, viva! Avi ca sugnu morta e ‘un mi dicìti niente p’un fàrimi scantàri.», «Oui, vivante! Je suis morte depuis long- temps et vous ne me le dites pas pour ne pas m’effrayer.» Ultime pirouette théâtrale pour un lecteur séduit et un public conquis.


Le Sorelle Macaluso
Texte et mise en scène:
Emma Dante
Traduction française:
Mathieu Mével

Avec:
Serena Barone, Elena Borgogni, Sandro Maria Campagna, Italia Carroccio, Davide Celona, Marcella Colaianni, Alessandra Fazzino, Daniela Macaluso, Leonarda Saffi, Stephanie Taillandier.

Dimanche 31 janvier à 17h00.
Durée du spectacle: 1h10.
La Comédie / Boulevard des Philosophes 6 / 1205 Genève.
Réservation: Tél. 022 320 50 01.

Art & CultureLuisa Ballin