«Ombres sur Molière», ou le théâtre de la liberté d’expression

 © David Deppierraz / 2017

© David Deppierraz / 2017

 

Molière. Référence linguistique et culturelle incontournable. L’auteur et metteur en scène genevois Dominique Ziegler s’est attaqué avec une belle audace à ce monstre sacré du théâtre, qui fut aussi chantre de la liberté d’expression, à l’époque où le pouvoir de la cour et celui de la curie faisaient la loi. Bien lui en a pris, Ombres sur Molière est une pièce à ne pas manquer.

 

Luisa Ballin
6 février

Dominique Ziegler est un metteur en scène prolifique. Dans sa carrière, pas de temps morts. Pendant qu’il peaufine l’écriture de sa prochaine œuvre consacrée à Lénine, qui sera présentée à l’automne, coïncidant avec Ie 100e anniversaire de la révolution en Russie, l’auteur genevois propose une version revisitée de quelques-unes des pièces qui ont fait son succès. Comme Ombres sur Molière, à l’affiche jusqu’au 12 mars.

«Ce spectacle créé en 2015 est une fiction historique en alexandrins classiques sur Molière et l’affaire Tartuffe. Cas emblématique de censure politico-religieuse face à la liberté d’expression artistique», explique Dominique Ziegler à La Cité. Il se dit heureux que ce spectacle séduise les spectateurs de tous âges, y compris les plus jeunes, puisque des classes se pressent dans la petite salle du théâtre de Carouge pour applaudir cette pièce d’une belle originalité.

Maniant avec humour et brio tous les registres du langage théâtral, Dominique Ziegler a osé l’alexandrin. Avec aplomb, il emmène le spectateur dans les coulisses du pouvoir à l’époque du Roi Soleil et de sa mère reine, fervente catholique. La vie de Molière ne fut pas un long fleuve tranquille, mais une scène ouverte sur ses relations compliquée, que ce soit avec le théâtre, avec ses amours pour deux sœurs de sa troupe, et avec le pouvoir, qu’il fut celui du roi ou de l’Église.

Répétition générale, un soir de pluie. Le rideau s’ouvre sur un Molière discourant avec sa fidèle compagne Madeleine, fine mouche et bonne comédienne, experte dans l’art d’interpréter et celui d’anticiper.

«Peut-être dormons-nous et vivons-nous sur un rêve.
Il se peut au matin que ce songe s’achève»,
dit-elle à un Molière tout de fougue et de certitudes.
La réponse fuse. Verbe haut, rime assurée.
 
«Non, ceci est réel. Le bois, le plâtre et l’or,
S’assemblent pour créer un unique décor,
Qui abrite la cour, valets comme ministres,
Hommes d’esprits subtils ou courtisans sinistres.
Le monde est concentré dans de divin château;
Nous allons en jouir comme d’un chapiteau.
Nous pourrons y moquer les travers de tout homme,
Qu’il soit noble marquis ou simple majordome.
De nos échecs passés, voici le résultat;
Nous passons de la fange au sommet de l’État.
 »
 
 © David Deppierraz / 2017

© David Deppierraz / 2017

 

Le ton est donné. Homme à la vaste culture, féru de géostratégie et analyste subtildes rapports de force politiques et des mystères du jeu amoureux, Dominique Ziegler imprime sa patte et son tempo à une pièce qui tient le public en haleine pendant une heure quarante, superbement servi par des comédiens qui passent, avec un égal talent, du registre comique au registre tragique.  

Rendez-vous donc à Versailles, où l’Illustre Théâtre de Molière est installé. Sous la férule de l’impétueux maître, les comédiens répètent les Plaisirs de l’île enchantée, mais l’annonce de la mort d’un comédien nommé Jean Le Brave, à qui l’on a nié l’extrême onction pour n’avoir point renié sa profession, et sur le point d’être jeté à la fosse commune, suscite l’ire de Molière. Contre l’avis des membres de sa troupe médusés, il décide, séance tenante, de créer une nouvelle pièce pour le roi Louis XIV, son illustre et ambigu bienfaiteur. Une œuvre qui réveillera la querelle entre l’Église et le Théâtre. Tartuffe voit ainsi le jour, jetant ombres et lumière sur la vie de celui qui deviendra l’homme de théâtre le plus important de l’histoire culturelle de France.   

Dominique Ziegler n’est pas complaisant envers les protagonistes de ses œuvres. Qu’il s’agisse de Molière, de Calvin, de Jaurès, d’un apprenti djihadiste ou d’un homme des services, l’auteur genevois met en scène leur force, mais aussi leurs faiblesses, leurs doutes et leurs travers. Molière n’était pas un saint et sa bigamie avérée entre sa compagne Madeleine et sa sœur Armande, jeune comédienne pétulante à qui il fera un enfant, dont le parrain ne sera autre que le roi, l’atteste. Si ses succès et déboires sentimentaux occupent une place importante dans la vie du flamboyant Molière, le théâtre sera l’épicentre de son existence. Et sa créativité débordante n’aura que faire des limites de la bienséance.

«Mon Dieu, que faites-vous ? Voulez-vous qu’on vous pende?
A toucher au sacré, il ne faut qu’on prétende.
Je ne puis qu’exprimer mon entier désaccord.
Ne percevez-vous pas l’ampleur de votre tort?
Mais, Dame, Il se fait tard ! Il faut que je vous quitte.
De l’entretien mieux vaut que nul bruit ne crépite
…»,
déclare le fourbe Basque, conseiller culturel du Roi Soleil,
à un Molière qui, s’il rêve d’en découdre avec le pouvoir
des prélats, sait aussi tempérer ses ardeurs
pour éviter la royale fureur de son protecteur.
 
 © David Deppierraz / 2017

© David Deppierraz / 2017

 

Bien enlevée, Ombres sur Molière est une pièce à rebondissements, intelligente et captivante, où le constat sur le pouvoir est sans appel.

«Tous les pouvoirs sont vils, abaissent l’être humain.
J’ai fait la grande erreur de jeter mon venin,
De concentrer mes tirs sur la bigoterie,
Quand j’aurais dû viser au cœur de l’escroquerie.
On n’aura pas réglé le problème causal
Tant que subsistera l’ordre pyramidal
»,
dit un Molière amer.

L’attention du spectateur est sans cesse tenue en éveil par la grâce des comédiens qui alternent saillies de liesse et instants de tristesse jusqu’au dénouement final. Alors que le versatile Basque ne se prive pas de rappeler à un Molière dévasté par le chagrin:

«Le Prince vous accorde un large privilège
Il faut s’en montrer digne et ne pas décevoir.
Allons, réveillez-vous ! Eh ! Vous jouez ce soir!
»,
la réponse de l’homme de théâtre,
après un très long temps,
prédit un succès chèrement payé:
«La répétition va maintenant reprendre.
Le théâtre ne peut se permettre d’attendre

 


Ombres sur Molière


Texte et mise en scène
de Dominique Ziegler

Avec Jean-Alexandre Blanchet,
Caroline Cons, Jean-Paul Favre,
Yves Jenny, Olivier Lafrance
et Yasmina Rémil


Jusqu’au 12 mars 2017


Théâtre de Carouge.
Salle Gérard-Carrat
57, rue Ancienne
Carouge, Genève

en partenariat avec le Festival du film et Forum sur les droits humains (FIFDH, du 10 au 19 mars)

Réservation vivement conseillée
www.tcag.ch

Tél. +41 22 343 43 43.
 

 

 
Art & CultureLuisa Ballin