L’être humain sera «hacké», ce n’est qu’une question de temps

 © Lev Dolgachov / Archives

© Lev Dolgachov / Archives


 

L’historien israélien Yuval Harari envisageait en 2015 un futur où la fusion des technologies de l’information et des biotechnologies donnerait naissance à des «dictatures digitales». Amazon vient de lui donner raison: le géant du net a déposé deux brevets permettant de développer des bracelets connectés qui surveillent le positionnement des mains des employés et peuvent vibrer quand ils n’effectuent pas le bon geste ou la bonne tâche.

 

Clément Girardot

Mars 2018

«Nous sommes probablement une des dernières générations d’Homo Sapiens», prophétisait l’historien Yuval Harari au dernier Forum économique mondial de Davos. Pour l’auteur du bestseller Sapiens: Une brève histoire de l’humanité, paru en 2015 aux éditions Albin Michel, nous serions à l’aube d’une nouvelle grande période qu’il propose d’appeler «dataisme» car elle verrait l’avènement des données comme la principale ressource à contrôler.
    Yuval Harari ne parle pas seulement ici des informations collectées par nos smartphones sur nos habitudes de consommation, mais surtout des données biométriques portant sur ce qui se passe dans notre corps et... dans notre cerveau. Bientôt, la conjonction des progrès de l’informatique et des biotechnologies permettrait de hacker l’être humain et de remettre en cause l’évolution naturelle de la vie à l’épreuve depuis des millénaires. Yuval Harari imagine des individus implantés de capteurs biométriques reliés à des systèmes de stockage et d’analyse: «On pourra créer des algorithmes qui me connaissent mieux que je ne me connais moi-même!»...

 

Souhaitez-vous poursuivre la lecture de cet article? Cliquez ici et achetez l’édition de mars

 

ABONNEZ.jpg