Selon l’OMS, la vaccination généralisée pourrait sauver 1,5 million de vies

© OMS / Archives

© OMS / Archives

Promue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Semaine mondiale de la vaccination aura lieu du 24 au 30 avril à Genève.

Publié le 22 avril 2016


Par Catherine Fiankan-Bokonga

Qu'en est-il du Plan d’action mondial pour les vaccins (GVAP) lancé en 2012? Cet ambitieux projet visait à généraliser les vaccinations essentielles. Lors de la Semaine mondiale de la vaccination, qui se tient du 24 au 30 avril à Genève, seront dévoilées les avancées récentes dans la couverture vaccinale. À l’origine de l'événement, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) présentera les nouvelles mesures permettant aux États membres d’atteindre les cibles du Plan d'action fixées à l'horizon de 2020.   

La vaccination permet aujourd'hui d’éviter 2 à 3 millions de décès par an, mais 1,5 million de vies supplémentaires pourraient être sauvée grâce à une amélioration de la couverture dans le monde. On estime aujourd’hui que 18,7 millions d’enfants, soit près d’un sur cinq, ne bénéficient pas de vaccinations systématiques pour des maladies évitables, comme la diphtérie, la coqueluche ou le tétanos. Le directeur général de l’OMS, Margaret Chan a indiqué qu’en 2015 «la vaccination avait remporté des victoires remarquables contre la poliomyélite, la rubéole et le tétanos maternel et néonatal». Ces «victoires isolées» doivent, selon elle, se généraliser.

Parmi les pays les plus engagés dans les campagnes de vaccination, l’Inde a rejoint le Cambodge, la Mauritanie et le Madagascar dans l’élimination du tétanos maternel et néonatal. Elle a également amélioré la couverture de la vaccination par trois doses de vaccin antitétanique-antidiphtérique-anticoquelucheux (DTC3), la portant à 83%.

Avec le retrait du Nigeria de la liste des pays frappés de poliomyélite, l’Afrique a fait un pas de plus vers l’éradication de la maladie. En 2012, on enregistrait dans ce pays la moitié des cas de poliomyélite dans le monde. Aujourd’hui, il ne reste plus que deux pays d’endémie poliomyélite, l’Afghanistan et le Pakistan.

De plus, cinq ans après l’introduction du vaccin conjugué contre le méningocoque A, la vaccination de plus de 230 millions de personnes a permis d’endiguer et presque d'éliminer la méningite A, une maladie mortelle, dans la « Ceinture africaine de la méningite » qui s’étend du Sénégal à l’Éthiopie.

Les Amériques ont été les premières à éradiquer la rubéole, une maladie virale contagieuse à l’origine de multiples anomalies congénitales et d’une mortalité fœtale lorsqu’elle est contractée par les femmes au cours de la grossesse. De nouveaux vaccins contre la dengue, le virus Ebola et le paludisme changeront potentiellement la donne dans un proche avenir. Grâce à la stratégie de la «vaccination en anneau», le vaccin anti-Ebola est administré à quiconque a été en contact avec un sujet infecté.

Plus de 60 % des enfants non vaccinés vivent dans 10 pays: l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, l’Inde, l’Indonésie, l’Irak, le Nigeria, l’Ouganda, le Pakistan, les Philippines et la République démocratique du Congo. Pour améliorer la couverture vaccinale, l’OMS demande aux pays de protéger davantage les enfants qui échappent aux systèmes de vaccination systématique, en particulier ceux qui vivent dans des pays, districts ou zones où moins de 80 % d’entre eux reçoivent ces vaccins ou ceux qui vivent dans des pays en proie à des conflits ou affectés par des situations d’urgence.

(avec l’OMS)