En Syrie, l’aide humanitaire retrouve le chemin du camp de réfugiés de Yarmouk

Pour marquer la reprise partielle de distribution d’aide à des déplacés fuyant les combats qui font rage dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, le Commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) s’est rendu en Syrie. Selon l’organisation, plus de 10000 civils seraient pris au piège chez eux, au sud de Damas.

Publié le 15 mai 2016


Par Catherine Fiankan-Bokonga

On se souvient qu’au mois d’avril l'organisation État islamique (EI) et d'autres groupes djihadistes se sont disputés le contrôle de Yarmouk, camp de réfugiés palestiniens situé dans la banlieue de Damas où les populations civiles étaient menacées de famine et de déshydratation. La situation sécuritaire précaire avait même empêché l’organisation onusienne de poursuivre ses missions humanitaires dans le quartier adjacent de Yalda.

Depuis bientôt deux semaines, UNRWA a repris ses activités humanitaires dans cette zone où beaucoup de palestiniens ont trouvé refuge. Des produits et des services essentiels ont été fournis à des personnes vulnérables originaires de Yarmouk, Yalda, Babilla et Beit Saham.
Lors de sa visite en Syrie le chef d’UNRWA, Pierre Krähenbühl (voir vidéo ci-après), a entendu des témoignages des violences que ces personnes ont subies.

La plupart d’entre elles vivaient dans le quartier de Sayyeda Zeinab de Damas et ont survécu à un double attentat à la voiture piégée le 21 février dernier. Le commissaire général a rencontré en particulier deux jeunes filles gravement blessées dans l'attaque. Il a déclaré qu’en voyant Rana et Isra, il vit à son tour «le traumatisme indicible qu'elle ont enduré mais aussi leur détermination à le surmonter».

Avec la reprise des opérations de l'UNRWA et la réouverture de l'accès entre Yalda et Yarmouk, 1200 familles civiles ont pu bénéficier de colis alimentaires et de kits d'hygiène. L'équipe médicale mobile de l'UNRWA a été en mesure de soigner 259 civils, y compris 61 enfants, 112 femmes et 86 hommes.

Les représentants de l’organisation onusienne chargée des réfugiés palestiniens se sont dits déterminés à reprendre les distributions directes à l'intérieur Yarmouk lorsque les conditions le permettraient. En attendant, l’UNRWA continue à fournir un appui à ceux qui sont dans les quartiers environnants.

Alors que la Task Force Humanitaire, basée à Genève, essaye de trouver des solutions pour faire entrer l’aide dans les villes assiégées ou difficiles d’accès de Syrie, les équipes de l’UNRWA basées à Damas, Alep, Hama, Homs, Latakia et Dera’a font tout leur possible pour fournir une assistance cruciale aux réfugiés palestiniens.

Selon Pierre Krahenbuhl, avant la guerre, plus de 560000 Palestiniens vivaient en Syrie. Entre 110000 et 120000 d'entre eux ont quitté le pays. Yarmouk est un grand quartier du sud de la capitale syrienne, Damas. Plus de 160000 personnes y vivaient avant le début du conflit en 2011.