«Cartooning for Peace» anime la Journée mondiale de la liberté de la presse

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, la fondation suisse «Cartooning for Peace» a primé un caricaturiste kényan et un dessinateur malaisien. Ils sont récompensés pour leur contribution exceptionnelle en faveur des droits de l’Homme, de la liberté d’expression et leurs travaux en faveur de la tolérance et la paix.

Publié le 3 mai 2016


Par Catherine Fiankan-Bokonga

En 2012, «Cartooning for Peace» et la Ville de Genève ont créé le Prix international du dessinateur de presse. Il est remis, à Genève, tous les deux ans à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai. Cette année, ce prix est attribué au kényan, Gado et au malaisien, Zunar.

Le dessinateur Patrick Chappatte, vice-président de «Cartooning for Peace» et membre du jury, a déclaré: «Pour avoir eu le courage de dessiner le roi nu, Gado et Zunar sont confrontés à une machine du pouvoir destinée à les faire taire. Ce prix veut au contraire amplifier leur voix, qui est celle de la démocratie et de la justice.»

Le caricaturiste kényan Gado, de son vrai nom Godfrey Mwampembwa, était depuis 1992 et jusqu’à récemment le dessinateur attitré du journal de Nairobi Daily Nation, l’un des quotidiens les plus importants d’Afrique centrale et de l’Est. Il dessine également pour les journaux tanzaniens Daily News, Business Times Express et pour le Sunday Tribune en Afrique du Sud. New African (Royaume-Uni) et Courrier international (France) le publient souvent. Le dessinateur traite les problématiques des pays africains: pauvreté, éducation, terrorisme, santé, corruption. Gado vient de perdre son travail au Nation Media Group pour avoir dénoncé la corruption des dirigeants africains dans ses dessins.

Le dessinateur malaisien Zunar, nom de plume de Zulkiflee Anwar Ul-Haque, dessinateur de presse et de BD le plus connu de Malaisie, fait l’objet de poursuites judiciaires et risque une condamnation à 43 ans de prison pour sédition. Le gouvernement malais refuse de le considérer comme un artiste et son travail n’est plus publié dans les médias traditionnels, malgré les prix internationaux qu’il a obtenus. Zunar utilise l’humour et la dérision pour révéler les abus de pouvoir, la corruption des élites, la crise morale de la société et de la justice de son pays.

«Gado et Zunar nous rappellent combien cette liberté reste fragile en Afrique et en Asie comme dans d’autres régions du monde. Par leur engagement en faveur de sociétés ouvertes et transparentes, Gado et Zunar, menacés dans leur pays et qui ne peuvent plus exercer leur métier, nous mettent face à notre responsabilité de préserver la liberté d’expression et d’agir pour soutenir le combat de ceux qui ne peuvent s’exprimer par leur art», a déclaré Kofi Annan, ex-secrétaire général des Nations Unies.

La remise du prix aura lieu au Palais Eynard, en présence du président d’honneur de «Cartooning for Peace», Kofi Annan, et de Guillaume Barazzone, conseiller administratif de la Ville de Genève.

Le jury du prix international du dessin de presse est composé des dessinateurs Chappatte (Suisse), Plantu (France) et Liza Donnelly (États-Unis), de Kenneth Roth, directeur de l’ONG Human Rights Watch, et du magistrat genevois Guillaume Barazzone.

Né du mouvement Cartooning for Peace, initié en 2006 par Kofi Annan, alors secrétaire général de l’ONU, et le dessinateur Jean Plantu, la Fondation de droit suisse «Cartooning for Peace» est créée le 17 juin 2009, avec le soutien du ministère suisse des Affaires étrangères et des Nations Unies à Genève. «Cartooning for Peace» co-fondée par les dessinateurs de presse Patrick Chappatte, Jean Plantu et Marie Heuzé, ancienne porte-parole des Nations Unies à Genève.

Une exposition de dessins des lauréats et d’autres dessinateurs membres de «Cartooning for Peace» a été inaugurée le long du quai Wilson à Genève, en présence des dessinateurs Gado, Zunar, Chappatte, Plantu et Donnelly, de Kofi Annan et de Guillaume Barazonne. La centaine de dessins proposés est divisée en cinq sections: Lauréats 2016, Exode, Liberté et Sécurité, Cybermonde et Planète Terre.