Premier parachutage de nourriture dans une ville syrienne assiégée

Publié le 11 avril 2016


Par Catherine Fiankan-Bokonga

À quelques jours de la reprise des discussions de paix sur la Syrie à Genève, la task force chargée de l’aspect humanitaire du conflit enregistre une grande avancée. En effet, Deir-Ezzor, située au milieu d’un territoire contrôlé par Daech, vient enfin de recevoir des vivres par voie aérienne alors qu’elle est totalement isolée depuis 2014. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a réussi à larguer de la nourriture à la population de cette ville assiégée de l’Est de la Syrie. Capitale d’une province du même nom, la cité s’étend sur les rives de l’Euphrate. Près de 200 000 personnes y sont assiégées depuis mars 2014.

L’opération a été très difficile à mettre sur pied du point de vue technique car c’est la première fois qu’un largage est effectué à une altitude de 7000 mètres. Le 24 février dernier, une première tentative avait échoué. Cette fois, comme l’a récemment annoncé le co-président de la task force humanitaire, Jan Egeland, «la fantastique collaboration entre les États-Unis, la Russie, le Canada et différents pays européens» a permis de résoudre les problèmes techniques qui étaient à l'origine de l’échec.

L’avion du PAM a quitté l’aéroport d’Amman, en Jordanie, le 10 avril dernier. Seules 22 palettes sur les 26 parachutées ont pu être récupérées au sol par le Croissant-Rouge syrien, partenaire local de l’ONU. Au total, 20 tonnes métriques d’aide alimentaire d’urgence ont été larguées de haute altitude. Ces produits permettront à 2 500 personnes de se nourrir durant une période d’un mois. De nouvelles opérations de largage de nourriture sont prévues dans les jours à venir.


Catherine Fiankan-Bokonga
Rédactrice en chef