Les quatre foyers de l’antisémitisme

ams_18012014_015_L.jpg

En France, le Front national, l’opinion musulmane, le Front de Gauche et les réseaux sociaux sont les milieux où les préjugés antisémites sont les plus fréquemment évoqués, selon des analyses élaborées par l’institut de sondage IFOP et le laboratoire d’idées Fondapol.

Mis en ligne le 6 décembre 2014 à 16h44

[dropcap]E[/dropcap]n 2004, Jean-Christophe Ruffin, écrivain, diplomate et grande figure de l’humanitaire, publiait son rapport sur l’antisémitisme. Il avait alors perçu la montée des opinions antisémites au sein des Français musulmans. En revanche, Ruffin constatait la quasi disparition des préjugés contre les Juifs au sein de l’extrême droite française.

La Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), laboratoire d’idées d’orientation libérale, et l’institut de sondage IFOP ont fait l’état des lieux de l’antisémitisme en France, dix ans après le rapport Ruffin. D’une manière générale, l’opinion publique française est relativement épargnée par les préjugés à l’endroit des Juifs. En revanche, l’étude IFOP-Fondapol distingue quatre foyers d’opinions antisémites «dont l’expansion est une hypothèse raisonnable», comme le relève Dominique Reynié, directeur général de Fondapol: les proches du Front national, les Français musulmans, les proches du Front de Gauche et les réseaux sociaux.

Si le constat dressé par Jean-Christophe Ruffin concernant les opinions musulmanes a été confirmé, il n’en va pas du tout de même à propos de l’extrême droite. L’étude IFOP-Fondapol démontre que l’antisémitisme est plus que jamais présent chez les proches du Front national et les électeurs de Marine Le Pen. Remarque de Dominique Reynié: «De tous les partis politiques et des mondes qu’ils fédèrent, les proches du Front national et les électeurs de Marine Le Pen constituent l’univers politique et partisan où l’on trouve — et de très loin — le plus d’opinions antisémites et xénophobes.» Ils ne rejettent d’ailleurs pas que les Juifs mais toute forme d’altérité, les Maghrébins, les musulmans, les étrangers, les Noirs d’Afrique, les Asiatiques et même... les protestants (16% des proches du FN estiment qu’ils sont trop nombreux en France contre 7% pour l’ensemble des Français)!

[su_pullquote align="right"]RÉSEAUX SOCIAUX: «STATUT D’EXTRATERRITORIALITÉ»[/su_pullquote]

Les proches du Front de Gauche sont aussi sensibles à certains arguments antisémites. Ainsi, 24% d’entre eux estiment que les Juifs sont trop nombreux en France, alors que ce préjugé n’est partagé que par 16% de l’ensemble des Français et par 8% des proches du Parti socialiste. Mais chez les Verts, ce taux remonte à 19%, ce qui les rapproche du Front de Gauche. Sans doute, faut-il y voir, entre autres, l’effet de la rhétorique contre le sionisme qui est plus développée par les Verts et le Front de Gauche que par les socialistes; d’où risque de dérapage vers les préjugés antisémites.

Toutefois, des quatre foyers distingués par l’étude IFOP-Fondapol, celui des proches du Front de Gauche paraît le moins virulent. Contrairement aux réseaux sociaux qui, eux, sont particulièrement chargés en antisémitisme; c’est encore plus le cas des sites de partage de vidéos (YouTube, etc.) Les réactions enregistrées sur ces nouveaux moyens de communication instantanée concernent, notamment, Dieudonné et la polémique née des menaces d’interdictions qui pèsent sur ses spectacles outrageusement antisémites.

Conclusion du politologue Dominique Reynié: «Ces outils offrent aux antisémites et aux racistes un statut d’extraterritorialité et, finalement, une impunité de fait, qui ne permet plus aux Etats de droit d’assurer la défense des valeurs humanistes et de punir ceux qui se rendent coupables de les transgresser. En revanche, des régimes autoritaires restent capables d’imposer chez eux une censure totale, tout en ayant plus que jamais la possibilité de favoriser la diffusion à travers le monde de messages dévastateurs.»

Comment trouver les contre-feux? C’est le défi que les démocrates et les humanistes doivent relever. Maintenant.